Du Longbow au Semi-Longbow

Les arcs de chasse et de guerre étaient répandus depuis longtemps dans le Nord de l’Europe, les pays Scandinave avec « l’Arc Viking » et d’usage commun en Angleterre et dans les pays Celtes (Galles, Ecosse). Pour la plupart, fait en bois d’Orme, voir de Pin ou de Frêne mais rarement en If. C’étaient des arcs « plats » à branches larges et poignée découpée pour mieux centrer la flèche, avec une section ovale ou en « D » peu prononcée.

Lorsque fut utilisé couramment le bois d’If, cela permit d’utiliser au mieux l’alliance de l’Aubier et du Duramen (bois de cœur) et la section en « D » se généralisa. Par contre, de part la largeur de la poignée et l’absence de fenêtre, le flèche devait contourner complètement la poignée pour quitter l’arc.

Au cours des siècles, un grand nombre de Longbow arrivent sur le continent Américain dans les malles des émigrants.

La grande utilisation de l’arc par les Nations Amérindiennes  pour la chasse (à pied ou à cheval) avec diverses fabrications de la forme, la longueur et les essences de bois disponibles nous amèneront en grande partie aux arcs composés modernes.

A début du XIX ème Siècle va se développer une archerie « plus contemporaine » aux USA grâce aux frères THOMPSON qui faute de moyens après le Guerre de Sécession se mirent à chasser à l’arc. Maurice THOMPSON deviendra Président de l’American National Archery Association (Il utilisera les Longbow de HIGHFIELD de Londres). Le Docteur ELMER s’intéressera à la fabrication des arcs, ses recherches seront majeurs.

A cette époque, les arcs de « tir sportif » sont toujours dans la filiation du Longbow avec des Facteurs d’Arcs Anglais comme J. DUFF ou FERGIE (fournisseur de la Royal Archery Company de Londres).

Le Docteur SAXTON TEMPLE POPE avait beaucoup étudié les méthodes de fabrication des arcs Amérindiens, Il rassemblera le savoir faire Amérindien et Européen, influence majeure de ISHI le dernier survivant de la tribu YANA en Californie. Avec ses complices Arthur YOUNG et Will COMPTON, ils testeront nombre d’arcs Amérindiens, Européens, Orientaux et Asiatiques tout en pratiquant d’innombrables parties de chasse.

En 1928, le Docteur ELMER, le Docteur Clarence N. HICKMAN et le Docteur Paul  KLOPSTEG, rechercheront un meilleur équilibre entre force et tension. Une section plus rectangulaire remplace la section en « D ». La forme allait changer, on allait vers un arc plus plat.

Le changement le plus important viendra de Mr Howard HILL, dès 1925 il fera des arcs en bois ou en composés, If / Osage et If / Bambou (Bambou du Tonkin et plus tard Bambou du Japon). En 1940 dans son atelier, le lamellé-collé à l’aide le la colle « Casgomite » ou « Cascamite », en découle les premières caractéristiques des arcs HILL « modernes » (poignée et branches). 1946, rencontre à San Diego de Franck EICHOLTZ et utilisation de la fibre de verre. Sa filiation se poursuivra avec Hugh RICHE,  John SCHULTZ et plus près de nous, Jean-Marie COCHE.

De ce fait, les poignées deviennent globalement plus plates et plus saillantes vers le ventre de l’arc, mais plus solides, on peu donc tailler des fenêtres plus larges, plus centrées et mélanger plusieurs essences de bois. Le profil des branches et optimisé, la longueur diminuée (entre 72 et 76″ pour un Longbow et 66 à 70″ pour un Semi Longbow). On augmente la solidité et la rapidité, le lamellé collé en bout de branches avec renforts éventuels permet de faire des poupées plus fines (disparition de la cornette, moins d’inertie en bout de branches). Les arcs deviennent plus performants (souplesse, rapidité) et plus tolérants.

L’arc long et droit Médiéval à usage d’arme de guerre est parti aux Amérique pour nous revenir sous le nom de Semi Longbow ou Américan Semi Longbow.

 

Jean Luc ARMANDI